Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/674

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


668 CHAPITRE XIV. — POÉSIE HORS DU THÉÂTRE

torze livres, qui formaient un ensemble de neuf mille vers K On louait la beauté du sujet et aussi l'art de la composition ^, Nous n'avons plus aucun moyen d'en juger par nous-mêmes. Quelques passages des auteurs anciens, où le témoignage de Panyasis est allégué, montrent seu- lement qu'il avait dû chercher à renouveler en partie son sujet en y introduisant des légendes nouvelles ou en mo- difiant les récits traditionnels. Quant au style et aux sentiments, on peut conclure de ce qu'en dit Quintilien que Panyasis, à cet égard, se distinguait surtout par une élégance facile. Les qualités tempérées prédominaient en lui sur la force et la vivacité ^ Il nous reste de son épopée une quarantaine de vers d'un médiocre intérêt. Ce sont des fragments d'entretien, où règne un ton fort voisin de celui de Télégie contemporaine. Entre plusieurs morceaux assez semblables, en voici un qui peut donner une idée de la manière du poète. Un personnage, peut- être le centaure Pholos, y adresse à un hôte ces bons avis * :

«c La première coupe qu'on vide est un hommage aux Cha- rités, aux Heures bienveillantes et au bruyant Dionysos : car ce sont eux qui nous la donnent. Ensuite vient le tour de Gy- pris, et encore de Dionysos: c'est ainsi que le vin est surtout bienfaisant aux hommes, quand, après la seconde coupe, le convive, quittant la table attrayante, retourne à sa maison, sûr d'échapper à tout dommage. Mais si Ton pousse jusqu'à la troisième mesure, et que peu à peu on se laisse aller, alors éclate la violence d'Hybris et d'Até, qui sont funestes aux

1. Suidas, navuaatç.

2. Denys d'IIalicarnasse et Quintilien, passages cités.

3. Quintilien, pass. cité: Panyasin ex utroque mixtum putant in eloquendo, neutrius aequare virtutes. Les mots ex utvoqiie dési- gnent Hésiode. et Antimaque; or Quintilien a dit d'Hésiode « raro assurgit » et d'Antimaque, « in Antimacho vis et gravitas ». Panya- sis n'avait donc, selon lui, ni une simplicité aussi parfaite qu'Hé- siode, ni autant de force qu' Antimaque.

4. Athénée, II, p. 36 D. Fr. 6 Dubner-Didot.

�� �