Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


58 CHAPITRE III. — CONCOURS TRAGIQUES

qu'alors on jouait la tragédie partout où. il y avait des Grecs ^ Mais si ce fait est bien établi, nous ignorons jus- qu'à quel point ces représentations tragiques étaient en- core religieuses ^.

En Attique, le soin d'organiser les concours tragiques était confié à divers magistrats. L'archonte éponyme était Tordonnateur des Grandes Dionysies ; l'archonte roi ce- lui des Lénéennes^ Quant aux Dionysies des dèmes, c'é- taient les démarques qui devaient pourvoir à leur célé- bration *. Ces magistrats disposaient des chœurs fournis par les tribus ou par ledème. Il leur appartenait de choisir les poètes auxquels il convenait de les attribuer. Quiconque voulait faire représenter une pièce devait donc demander un chœur à l'archonte (yopov airety) ; celui-ci pouvait l'ac- corder {lOfoy SiSovai) ou le refuser, à son gré. Cette con- cession du chœur était un premier jugement porté sur la valeur des pièces \ L'archonte, en le rendant, avait plein pouvoir. Mais le sentiment de sa responsabilité devait l'empêcher en général d'en abuser. Son amour propre était intéressé à ce que la fête organisée par lui fût agréa- ble au peuple. C'était s'exposer au mécontentement pu- blic et même au ridicule que d'accepter des tragédies mau- vaises on médiocres en écartant celles des poètes renom- més. Pour éviter d'être jugés eux-mêmes, les magistrats avaient tout intérêt à tenir le plus grand compte des ré-

1. Eschine, Ambass. 19. Cf. Lucien, M an. d'écrire l'histoire, \.

2. Nous voyons bien par un très grand nombre de témoignages et surtout de documents épigraphiques qu'on célébrait les Dionysies dans beaucoup de villes grecques et qu'on y jouait alors la tragédie. Mais on la jouait aussi en d'autres circonstances. Voy. Diodore, XVII, 16 et XVI, 92. Les représentations scéniques de Délos au iii« siècle so donnaient aux Pfoléméennes (BuUet. de Gorresp. hellé- nique, IV, p. 324). A une date inconnue, les concours tragiques fu- rent introduits aux jeux Pythiques (Plut., Propos de table, V, 2, 1).

3. Pollux, VIII, 89 et 90.

4. CIA II, 576, 589.

5. Platon, Lois, VII, 817 D.

�� �