Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t3.djvu/88

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


76 CHAPITRE III. — CONCOURS TRAGIQUES

majestueuse ; d'ailleurs trop de pompe eût été fort incom- mode pour marcher en cadence, et encore plus pour danser. Donc point de hauts cothurnes, point de vête- ments traînants, rien de lourd ni d^encombrant. Sauf exceptions, Tidéal du chœur, c'était une sorte d'agilité gracieuse, parfaitement compatible d*aiileurs avec la gravité tragique.

Ses évolutions étaient toutes clairement ordonnées. Le principe figuré d'où elles procédaient était la forme rectangulaire K D'ordinaire, après s'être préparé derrière la scène, le chœur se rendait dans l'orchestra par Tune des entrées latérales qui séparaient la scène des sièges du public 2. Cette arrivée du chœur donnait lieu à un défilé qui formait une dos parties attrayantes du spec- tacle. Lorsque les choreutes furent au nombre de quinze^ ils s'avançaient ou bien par files de trois (C^x) sur cinq de profondeur, ou bien au contraire par rangs de cinq (cxtR- yoi) sur trois de profondeur; le premier mode s'appelait la marche par files (xari C^x), le second la marche par rangs (xarot c'uoiyox};) ^ . Comme le chœur entrait norma- lement par la porto de droite (c'est-à-dire à droite du public), c'était la gauche de la colonne qui était du côté des spectateurs. Aussi meltait-on là les meilleurs cho- reutes, ceux qu'on appelait pour cette raison même (apiT- TepoTTàrat)*. Le coryphée se tenait dans oe groupe d'élite, au milieu du flâne gauche ^ Parfois, mais très rarement,

1. Etym. magn. TpaY0)6ta. Tzetzès, Pvolegom. ad Lycophr,

2. On appelait ces entrées irâpoSot ou mieux EÎo-oôot. Àristoph. Che- val. 148, schol. Cf. Plutarque, Aratus, 23; Aristoph. Nuées, 826 «t Oiseaux, 296, avec lascholie. — Cas exceptionnels ; les Ooéanides, dans le Promélhée d'Eschyle, descendent vers lui sur un char ailé; les Erinnyes dans les Euménides sortent du temple, etc.

3. PoUux, IV, 108 et 109. Le principe une fois compris, chacun peut l'appliquer au chœur de douze choreutes : le oroîxoç est alors de 4, le Çy^ôç étant toujours de 3.

4. Pollux, II, 161.

5. Photius, Lex. Tp(Toçâpi(rr£po\j.

�� �