Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t5.djvu/642

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


I wwrl F 621 CHAP. IV.—SOPlIlSTIQUE SOUS LES ANTONINS sophistique. Quant aux deux noms qui [igurent dans ses deux prologues, il n’y a rien a en tirer, comme indica- ` tion chronologique. Le premier est celui d’un enfant p qu’il appelle Branchos (Bpiyxe réxvev, Prol. I,). Le second est celui d’un roi Alexandre, pero du jeune lecteur a qui le poetc s`adresse (dx mz! Bactléwg ’A).zEaZv8pou, Pr. 11) ; ces deux noms sont inconnus, et les conjectures faites sur cet Alexandre n’ont abouti A rien de certain '; le plus probable est qu’il s’agit d’un des petits rois obscurs de l'Orient grec. _ La forme primitive du recueil de Fables de Babrius (Aicéncaiot p.G0oi) est impossible a retrouver aujourd’hui sous les alterations qui l’ont défiguré. Suidas cite un recueil en dix livres. Cette division a disparu dans no- · tre manuscrit unique, l’At/mus, qui donne 123 fables par ordre alphabetique, depuis A jusqu’a O, c’est·a·dire les deux tiers·au plus de l’ensemble primitif. Parmi ces fables, sont insérés deux prologues, qui semblent parta- ger le recueil en deux livres, l’un au debut, l’autre apres la fable 107 5 mais ce n’est la qu’une fausse division, superposée a l’ordonnance primitive ’. G’est pourtant - celle qu’Avianus parait avoir connue (Préf. : duo volu- mina). Le texte de Babrius a donc été altéré de tres bonne heure, ce qui tint a son succes meme. Adopté dans les écoles, il fallut l’approprier a l’usage qu’on en voulait faire. On écourta certaines fables; a presque toutes, on p ajouta des épilogues, qui n’étaient pas du poéte ; on en modilia le classement, pour qu’elles fussent plus faciles a trouver ; enlin on [it entrer dans le recueil d’autres · apologues de divers auteurs. _Car Babrius nous apprend 1. On a voulu y reconnaitre tour A tour Alexandre ills d’Antoine et Cléopatre, Alexandre petit-ills d’Hérode et roi en Cilicie sous l Vespasien, Caracalla, Alexandre Sévére, etc. 2. Elle paralt toutefois marquer deux époques dans la maniére de Babrius et répondre at deux publications successives.