Page:Croiset - Histoire de la littérature grecque, t5.djvu/965

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


` GBEGOIRE DE NAZIANZE 947 i m’ont mis la vieillesse, les maladies et le regret de ta perte? l Mais le Seigneur agree ce que nous faisons selon notre pouvoir; Pour toi, regarde·nous du haut des cieux, ame heureuse et sainte il » _ Ces memes qualites se retrouvent, e des degres divers, dans tous les discours de Gregoire. Son eloquence est-· personnelle et pourtant tres religieuse. Nul ne mele plus- volontiers ses souvenirs et ses impressions e. tous»les· sujets qu’il traite; et alors meme qu’il ne parle pas dinee— tement de ce qui le touche, il ne s’en abstrait jamais d’une maniere complete. Le meditatif qui etait en.1ui avait pris l’habitude de la vie interieure, de l’entretien avec soi-meme, et les idees qu’il avait a exprimer son taient de son eme toutes pleines de tout ce qui faisait sa personnalite. Mais, comme, en se repliant sur lui- meme,. ily chcrchait Dieu et l’y trouvait, c’etaient des- impressions toutes religieuses qu’il en rapportait ’. Voile pourquoi les choses du dehors l’attirent mediocrementu ll est peu observateur des hommes en soeiete, il ne peint ' guere leurs manieres d’etre, il ne fait pas de la satire morale; on chercherait en vain, dans ses discours, ces- tableaux de genre qui ont fait le succes d’autres predi~ cateurs. Sa psychologic est tiree de son experience per- sonnelle ; elle est simple et juste, plutet solide que line ou variee. En general, elle s’attache peu aux details.- L’esprit de Gregoire sc concentre sur quelques pensees qui lui suffisent et qu’il developpe avec une abondance de textes, de raisonnements et d’images. La dialectique- se mele en lui au lyrisme. Il se complait dans le dogme, 1. Greg. de Naz., t. I, p. 372-73, Morel. Traduction de .Fialon, Sllinl Basile. p. 283. 2. Disc. 29, sur- Finslitulion des évéquea, t. I, p. 486, Morel : Obese voip po: Eoxd rozofaro oiov pecavra rei; aic·0·éc·¢:¢, {Em capxb; ual xecuou yavepzvov, grqezvb; ·:d‘»v &v0pw·nivwv xpocaxrepzvov 5 ri pi; niox dvaiyxn, tdbfi?) ‘KpOU>.G>»O5V‘I'.'1 Xllt Tip 651;), :1iV {life? T& ';Q0i)[J.8‘JG, €‘tC.