Page:Cros - Le Collier de griffes, 1908.djvu/232

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


en avait bien pour cent personnes) et la donna à manger à la reine É. La soupe aux choux faite par une fée, est fée aussi. Voilà pourquoi le reine É, si sèche d’abord, enfla, enfla, enfla. Et le lendemain matin on trouva, dans trois berceaux, le premier garni de satin groseille, le second garni de satin bouton d’or et le troisième garni de satin couleur du ciel sans nuages, trois petites princesses, qui étaient plus belles que les étoiles, que le soleil et que la lune.

La fée Araignée, qui était de la célèbre famille Aiou, si connue dans l’industrie des tissus, coupa son nom en trois et appela sa première filleule A, sa seconde I et sa troisième OU.

II

Les trois princesses devenaient plus belles encore en grandissant.

C’était charmant de les voir courir sous la feuillée, sifflant aux merles, volant aux papillons, cueillant la noisette nouvelle.

Un soir le roi O dit à la reine É :

Il faut marier nos filles, les belles princesses A, I, OU. Pour la princesse A nous aurons de la peine, car elle est comme une oie, elle crie contre tous les