Page:Curchod - Réflexions sur le divorce, 1881.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
48
RÉFLEXIONS

Et monté sur le faîte, il aspire à descendre. Ainsi, par des efforts contraires à ceux des sages de l’antiquité, ils voudroient rabaisser l’homme au rang des animaux ; et s’ils pouvoient le faire déchoir jusqu’à celui des plantes ou des rochers, ils croiroient obtenir un triomphe de plus ; mais l’homme ne tombe ou ne s’élève que de proche en proche.

Dérobons donc le mariage à la funeste magie de cette baguette de Circé, et que, par une influence contraire, toutes les âmes tendres et pures trouvent dans une association si bien ordonnée, et même si nécessaire à notre foiblesse, des moyens de se perfectionner et de se rapprocher de la nature des anges. Il est permis de prononcer ainsi, par cette comparaison, la sainteté du mariage, puisque les Pères de l’Église n’ont pas craint de prendre cette union pour le chaste symbole des sentimens qui doivent unir les hommes à leur céleste législateur.

J’ai montré que la loi du divorce étoit étrangère à notre nature, et qu’elle ne contribuent point au bonheur du mariage ou de la société