Page:Curie - Pierre Curie, 1924.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
39
SYMÉTRIE ET MAGNÉTISME

tiques, les corps ferro-magnétiques. À première vue, ces trois groupes sont absolument tranchés. Le but principal de ce travail était de rechercher s’il existe des transitions entre ces trois états de la matière, et s’il est possible de faire passer progressivement un même corps par ces trois états. J’ai étudié pour cela les propriétés d’un grand nombre de corps à des températures aussi différentes que possible, dans des champs magnétiques de diverses intensités.

Mes expériences n’ont amené aucun rapprochement entre les propriétés des corps diamagnétiques et celle des corps paramagnétiques [1], et les résultats sont favorables aux théories qui attribuent le magnétisme et le diamagnétisme à des causes de nature différente. Au contraire, les propriétés des corps ferromagnétiques et des corps faiblement magnétiques sont reliées intimement.

Le travail a présenté des difficultés expérimentales considérables, car il était nécessaire de mesurer des forces très petites (de l’ordre de 1/100 de milligramme) dans une enceinte où la température pouvait atteindre 1400°.

Ainsi que l’avait bien compris Pierre Curie, les résultats obtenus ont une importance fondamentale, au point de vue théorique. La loi de Curie, d’après laquelle le coefficient d’aimantation des corps faible-

  1. Les corps paramagnétiques sont ceux qui s’aimantent de la même manière que le fer, fortement (ferro-magnétique), ou faiblement. Les corps diamagnétiques sont ceux dont l’aimantation très faible est opposée à celle que prendrait le fer dans le même champ magnétisant.