Page:D - La Comtesse de Lesbos, 1889.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sinon je redeviens, pour vous comme pour tout le monde, la froide comtesse de Lesbos. — Un long baiser fut ma réponse. « Vous embrassez aussi tendrement que mes colombes, mon ami ; et vous avez peut-être sur elles un léger avantage ; car si votre langue vous fait leur égal, vous avez, par ailleurs, un aimable suppléant, qui peut vous rendre leur supérieur. Maintenant, aux choses sérieuses. La vue de certains exercices a le don de me surexciter, vous avez pu vous en convaincre avant-hier, quand vous écorchiez cette pauvre Mina, car vous l’avez écorchée, la pauvre chatte. Ce soir, je veux vous offrir un séant, qui fera votre affaire, car je le crois tout disposé à se prêter à vos caprices, dont je resterai simple spectatrice. » — Je consens à tout ce qu’elle veut, et elle disparaît un moment.

Je me doutais qu’il s’agissait de Lola, dont les yeux avaient parlé si éloquemment. Bientôt le charmant quatuor entre, deux par deux, dans la chambre. Toutes sont en toilette de ville, corsage montant, gantées, prêtes à faire le tour du lac. Lola mène la comtesse, Lison conduit