Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le réſultat de cette pratique importante eſt de mettre ceux qui la ſuivent, au-deſſus de leurs concurrens. Carle en fait bientôt l’expérience. Il touche à peine à ſa dix-huitième année qu’il gagne la première Médaille du Deſſein[1]. Il devient & continue d’être l’un des plus forts Deſſinateurs de l’École.

Cette facilite à bien deſſiner le Modele lui en donnoit une très-grande à mettre ſur le papier ſes compoſitions. À meſure qu’on ſe perfectionne dans la connoiſſance des principes, le génie ſe développe & devient de jour en jour plus capable de ſe produire avec ſuccès. Tous les jours Carle par de nouvelles eſquiſſes excite l’émulation de ſes camarades ; mais ils tâchent vainement de l’atteindre. Ils n’avoient pas comme lui ſous la main cet acquit, ces préceptes, dont les conſeils & les leçons de J. B. Vanloo ſon frère l’enrichiſſoient. Nous l’avons obſervé dans la Vie de cet excellent Maître que nous avons eu l’honneur de lire à l’Académie Royale en 1753[2]. Vous avez beau avoir du génie, diſoit-il ſouvent à Carle, s’il n’eſt dirigé par la

  1. En 1723.
  2. Dans l'Aſſemblée du 5 Mai.