Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
48
Vie

de l’Hiſtoire à celui du Portrait. Cet ouvrage ſeul eût été capable de lui mériter les éloges de la France, de l’Europe & de la Poſtérité.

Que manque-t-il à Carle pour être au comble de la gloire ? La qualité de Premier Peintre du Roi. M. le Marquis de Marigny, juſte appréciateur des Talens, le lui obtint en 1762. Comme il le préſentoit au Roi, M. le Dauphin demande à quel ſujet ſe fait la préſentation de Vanloo. C’eſt, répond M. de Marigny, pour remercier Sa Majeſté du titre de Premier Peintre. Il l’eſt depuis longtems, réplique M. le Dauphin.

Tout concourt au bonheur, au luſtre de C. Vanloo, & vous les couronnés, Meſſieurs, par vos ſuffrages unanimes. Vous lui décernez la dignité de Directeur, que vos voix réunies lui confirment durant trois années conſécutives.

Plus il eſt comblé d’honneurs, plus il cherche à s’en rendre digne. Son exactitude à perfectionner ſes ouvrages redouble à raiſon des titres qu’il acquiert. Mais cette ſévérité, qu’il appelloit un devoir d’état, n’étoit remplie que par des efforts d’imagination extraordinaires, qui prenoient ſur ſa ſanté. En vain