Page:Dandré-Bardon - Vie de Carle Vanloo.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la gloire d’un Homme illuſtre, qui nous eſt cher.

Carle-André Vanloo, fils de Louis Vanloo & de Marie Foſſé naquit à Nice en Provence, & fut baptiſé dans l’Égliſe Paroiſſiale de cette Ville le 15 Février 1705[1]. Sa première enfance fut marquée par une force de prodige. Le Duc de Berwich aſſiégeoit Nice en 1706. Toute la Ville étoit en alarmes. Marie Toſſé tremblante pour le petit Carle, & penſant à le mettre à l’abri de tout riſque, le deſcendit dans la cave. Jean Baptiſte ſon fils aîné[2] averti par la direction des bombes, que la maiſon étoit menacée, court, vole au-devant le péril & enlève ſon jeune frère, deux minutes avant que le globe enflammé réduiſit en cendres le berceau de l’enfant.

L’entrepriſe des Français réuſſit & les vues du Ciel furent comblées. Le Duc de Berwich ſe rendit maître de Nice & le jeune Carle fut ſauvé. Les Deſtinées le réſervoient à jouer un grand rôle dans

  1. Extrait de Baptême, délivré le 23 Août 1747 par J. Garnieri, Chanoine Curé de l’Égliſe Cathédrale & Paroiſſiale de Nice ; légaliſé le même jour par J. H. Nicolai, Vicaire Général de l’Évêque de Nice, & le 11 Avril 1710, par M. le Marquis de la Chetardie, Ambaſſadeur de France près le Roi de Sardaigne.
  2. Il avoit alors 22 ans.