Page:Dante Alighieri - La Vie nouvelle, traduction Durand Fardel.djvu/171

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIII


Tutti li miei pensier parlan d’amore

Ce sonnet peut se diviser en quatre parties. Dans la première, je dis et j’établis que toutes mes pensées sont d’amour. Dans la deuxième, je dis qu’elles sont diverses, et je raconte leurs diversités. Dans la troisième, je dis en quoi elles paraissent toutes s’accorder. Dans la quatrième, je dis que, en voulant parler de l’Amour, je ne sais où je dois le prendre. Et si je veux le prendre de toutes, il faut que j’appelle mon ennemie madame la pitié. Je dis madame (madonna) par mode dédaigneux.

La deuxième partie commence à : et le font… la troisième à : elles s’accordent seulement… la quatrième à : c’est à ce point…


CHAPITRE XIV


Coll’ altre donne mia vista gabbate

Je ne divise pas ce sonnet en plusieurs parties, parce que l’on n’établit de divisions que pour