Page:Danton - Discours (1893).djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 30 —

nous convaincre de leurs attentats ? Les malheureux, ils avouent leurs crimes en résistant aux lois. Il n’y a que les criminels que l’équité terrible épouvante. Combien étaient-ils dangereux tous ceux qui sous des formes simples cachent leurs complots et leur audace. En ce moment on conspire dans les prisons en leur faveur ; en ce moment l’aristocratie se remue : la lettre qu’on va vous lire vous démontrera vos dangers.

Est-ce par privilège que les accusés se montrent insolents ? Qu’on rappelle donc le tyran, Custine et Brissot du tombeau, car ils n’ont pas joui du privilège épouvantable d’insulter leurs juges. Dans le péril de la patrie, dans le degré de majesté où vous a placés le peuple, marquez la distance qui vous sépare des coupables. C’est dans ces vues que le comité vous propose le décret suivant :

« La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de ses comités de salut public et de sûreté générale, décrète que le tribunal révolutionnaire continuera l’instruction relative à la conjuration Lacroix, Danton et autres, que le président emploiera tous les moyens que la loi lui donne pour faire respecter son autorité et celle du tribunal révolutionnaire, et pour réprimer toute tentative de la part des accusés pour troubler la tranquillité publique, et entraver la marche de la justice :

« Décrète que tout prévenu de conspiration, qui résistera ou qui insultera la justice nationale, sera mis hors des débats sur-le-champ.

L’accusateur public. — Danton, vous êtes accusé d’avoir blâmé Henriot dans la journée du 31 mai ; de l’avoir accusé de vouloir vous assassiner et d’avoir demandé la tête de ce patriote qui servait si bien la liberté ; et en cela vous étiez d’accord avec Hérault et Lacroix ; vous lui faisiez un crime du mouvement qu’il avait fait pour échapper à un acte d’oppression de votre part ; comme vous présagiez la perte de Paris.

Danton. — C’est une monstrueuse calomnie dirigée contre moi ; je ne fus point l’ennemi de la révolution du 31 mai, ni de pensées, ni d’actions, et je combattis fortement les opinions d’Isnard ; je m’élevai fortement contre les présages ; je dis : y a-t-il cinquante membres comme nous, cela suffirait pour exterminer les conspirateurs.

(N° 24 du Bulletin du tribunal.)


L’accusateur public. — N’ayant pu consommer votre projet,