Page:Darby - Quelques développements nouveaux sur les principes émis dans la brochure intitulée - de la formation des églises.djvu/3

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Introduction.

Séparateur


L’édition du petit Traité sur la Formation des Églises se trouvant maintenant épuisée, je viens, au lieu d’en publier une seconde, donner quelques explications qu’exigent également les circonstances dont cette question est actuellement entourée, et les difficultés qui se présentent à plusieurs esprits. Mon intention n’est pas de faire de la controverse. Je sais qu’au lieu de produire du bien, elle ne tend qu’à diviser les cœurs. Je ne crois pas y entrer en donnant ces quelques éclaircissements, suivis de plusieurs remarques sur certains passages de la Parole. Pour ce qui me concerne personnellement, je n’ai qu’à me taire, c’est pour moi peu de chose d’être jugé de jugement d’homme ; je désire être comme un sourd qui n’entend point (Psaume xxxviii, 13, 14). Étranger, il est vrai, selon la chair, ici comme ailleurs, j’ai appris que le St. Esprit forme, entre ceux qui sans cela ne se seraient jamais connus les uns les autres, des liens doux et puissants que le monde ne saurait comprendre. J’ai appris aussi que les enfants de Dieu « savent ce que c’est que d’être étranger » (Exode, xxiii, 9 ; Lév. xix, 34), en ce que Dieu les a rendus étrangers et pélerins eux-