Page:Darby - Quelques développements nouveaux sur les principes émis dans la brochure intitulée - de la formation des églises.djvu/68

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« tel est l’enseignement qui se donne dans Genève, de puis un quart de siècle, et cela sans qu’aucune voix de réclamation s’y soit élevée, si ce n’est celle des hommes qu’on y a publiquement poursuivis par des sentences judiciaires. N’avions-nous donc pas raison de dire que nos circonstances étaient inouïes ? » Comment, inouïes, si la condition est la même que celle de l’Église d’Éphèse. « La religion de Rome même n’est pas si funeste aux intérêts éternels de l’humanité, » « et tout cela avec la sanction des Autorités ; » et l’on ose dire : la condition de notre Église est telle que celle de Rome, d’Éphèse, etc. ! Et ce n’est pas une Église déchue !

Je prie notre frère de bien croire que je ne dis pas ici un mot de sa position ; ce n’est pas ici que je dois la discuter. Je cite tous ces aveux, parce qu’il blâme hautement cette doctrine, que l’Église est dans un état de déchéance, et qu’il me semble qu’il le démontre lui-même. C’est là tout ce dont je m’occupe dans ce Rapport. Que Dieu bénisse l’œuvre de ceux qui prêchent le Seigneur Jésus, voilà ma prière. Le Rapport discute des principes, je les discute aussi, et je m’arrête en faisant remarquer qu’il y a toute la différence possible entre « préparer à l’Église des personnes fidèles, » tâche qui me paraît un peu difficile pour l’homme, et « communiquer à des personnes fidèles » les vérités qu’on a apprises, afin qu’il y ait une digue contre l’erreur, et en rappelant la remarque très-importante du Rapport de l’Évangélisation. La Parole de Dieu a tranché la question. « Dieu, dit l’Écriture (1 Corinth.