Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le plus merveilleux, la tenue la plus correcte. Le pas se cadence d’un bout à l’autre de la colonne, les sous-officiers marchent sur le flanc des troupes et les officiers, l’épée à la main, en costume simple, sans dorures, sans épaulettes, orné seulement d’un peu de velours, s’avancent à la tête de leurs compagnies, raides et droits comme des automates.

Il en passe, il en passe toujours. Je suis à moitié sorti de derrière mon arbre et je regarde franchement. Je n’ai presque plus peur. Subitement, les tambours et les fifres cessent de jouer. Alors, une musique dont j’aperçois les instruments, tout là-bas, devant un groupe d’officiers à cheval, entame un hymne de combat et, sur toute la ligne des troupes, depuis les premiers rangs qui déjà ont atteint le château jusqu’aux derniers qui débouchent du Chesnay, des hurrahs éclatent et couvrent la voix des cuivres. Un dernier cri de triomphe et la musique, de nouveau, déchire l’air de ses notes victorieuses…

Elle joue la Marseillaise !… la Marseillaise, l’hymne que jouaient les musiques de nos régiments partant pour la frontière, l’hymne qui rend le Français invincible, qu’on gueulait dans