Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rangés dans la grande cour du Château, autour de la statue de Louis XIV. J’ai regardé, l’autre jour, de la place d’Armes, un général, qu’on dit être le prince royal, distribuer des médailles aux soldats au pied de cette statue. Le château est converti en ambulance ― une ambulance hollandaise ― et le drapeau néerlandais flotte sur le toit. Des drapeaux, du reste, il y en a dans presque toutes les rues : aux fenêtres des étrangers qui se mettent sous la protection de leurs pavillons nationaux, aux croisées des gens qui ont obtenu de soigner chez eux des blessés et qui ont arboré le pavillon de la convention de Genève.


Mme Arnal est de ces derniers. On a placé chez elle un capitaine allemand blessé, un grand gaillard à belle barbe blonde. Elle le soigne avec un dévouement sans exemple. Elle espère qu’avant quinze jours le blessé sera sur pied. Elle est très fière des compliments que lui fait tous les jours, assure-t-elle, le chirurgien allemand, et elle déclare que, si elle avait suivi sa vocation, elle se serait faite sœur de charité. Elle en prend l’allure, d’ailleurs, se montre pleine de ménagements, de