Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Coblentz ; on parle de l’envoyer au Panthéon ― le plus tard possible, bien entendu. ― C’est un grand homme, un citoyen illustre ; ce peut être un sauveur.

M. Legros l’affirme.

― Si M. Thiers réussit, s’écrie-t-il, les Prussiens sont fichus ! C’est moi qui vous le dis.