Page:Darien, Bas les coeurs, Albert Savine éditeur, 1889.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


débris. Et le ministre de la guerre a annoncé au Corps législatif que le corps entier des cuirassiers blancs de M. de Bismarck a été anéanti. Il n’en subsiste pas un.

Les étrangers, maintenant que nous sommes vainqueurs, ne cachent plus leurs sympathies pour la France. Le Figaro reçoit de Louvain une lettre d’un huissier qui exprime des sentiments communs à tous les Belges.

« Je ne suis qu’un huissier, dit l’auteur de cette lettre. ― Je ne suis donc pas riche.

« Tant que durera la guerre contre ces brigands de Prussiens, je vous enverrai chaque mois 20 francs, pour secourir les blessés français. Fils d’un révolutionnaire de 1830, je donne pour mon père qui n’est plus

« Courage, Français ! ― Si vous n’avez plus de chassepots, vous avez encore des couteaux et si cette dernière arme vous manque, alors… alors, il vous reste de l’arsenic !

« Faites qu’ils crèvent tous en France, tous les Prussiens qui ont eu l’audace de sortir de leurs bauges pour souiller le sol sacré de la patrie ! Ô France de 89 ! les cosaques déposent leur fumier dans vos champs, qui ne devraient être abreuvés que de leur sang !