Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Objections diverses. 273

qu’une foule d’espèces éteintes se rattachent de la manière la plus étroite à d’autres espèces qui existent actuellement, ou qui existaient récemment encore ; or, on ne peut guère soutenir que ces espèces se soient développées d’une façon brusque et soudaine. Il ne faut pas non plus oublier que, lorsqu’au lieu d’examiner les parties spéciales d’espèces distinctes, nous étudions celles des espèces voisines, nous trouvons des gradations nombreuses, d’une finesse étonnante, reliant des structures totalement différentes.

Un grand nombre de faits ne sont compréhensibles qu’à condition que l’on admette le principe que les espèces se sont produites très graduellement ; le fait, par exemple, que les espèces comprises dans les grands genres sont plus rapprochées, et présentent un nombre de variétés beaucoup plus considérable que les espèces des genres plus petits. Les premières sont aussi réunies en petits groupes, comme le sont les variétés autour des espèces avec lesquelles elles offrent d’autres analogies, ainsi que nous l’avons vu dans le deuxième chapitre. Le même principe nous fait comprendre pourquoi les caractères spécifiques sont plus variables que les caractères génériques, et pourquoi les organes développés à un degré extraordinaire varient davantage que les autres parties chez une même espèce. On pourrait ajouter bien des faits analogues, tous tendant dans la même direction.

Bien qu’un grand nombre d’espèces se soient presque certainement formées par des gradations aussi insignifiantes que celles qui séparent les moindres variétés, on pourrait cependant soutenir que d’autres se sont développées brusquement ; mais alors il faudrait apporter des preuves évidentes à l’appui de cette assertion. Les analogies vagues et sous quelques rapports fausses, comme M. Chauncey Wright l’a démontré, qui ont été avancées à l’appui de cette théorie, telles que la cristallisation brusque de substances inorganiques, ou le passage d’une forme polyèdre à une autre par des changements de facettes, ne méritent aucune considération. Il est cependant une classe de faits qui, à première vue, tendraient à établir la possibilité d’un développement subit : c’est l’apparition soudaine d’êtres nouveaux et distincts dans nos formations géologiques. Mais la valeur de ces preuves dépend entièrement de la perfection des docu-