Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Lois régissant la stérilité. 329

plantes à pouvoir être greffées sur d’autres est sans aucune importance pour leur prospérité à l’état de nature ; personne, je présume, ne supposera donc qu’elle leur ait été donnée comme une propriété spéciale, mais chacun admettra qu’elle est une conséquence de certaines différences dans les lois de la croissance des deux plantes. Nous pouvons quelquefois comprendre que tel arbre ne peut se greffer sur un autre, en raison de différences dans la rapidité de la croissance, dans la dureté du bois, dans l’époque du flux de la sève, ou dans la nature de celle-ci, etc. ; mais il est une foule de cas où nous ne saurions assigner une cause quelconque. Une grande diversité dans la taille de deux plantes, le fait que l’une est ligneuse, l’autre herbacée, que l’une est à feuilles caduques et l’autre à feuilles persistantes, l’adaptation même à différents climats, n’empêchent pas toujours de les greffer l’une sur l’autre. Il en est de même pour la greffe que pour l’hybridation ; l’aptitude est limitée par les affinités systématiques, car on n’a jamais pu greffer l’un sur l’autre des arbres appartenant à des familles absolument distinctes, tandis que, d’autre part, on peut ordinairement, quoique pas invariablement, greffer facilement les unes sur les autres des espèces voisines et les variétés d’une même espèce. Mais, de même encore que dans l’hybridation, l’aptitude à la greffe n’est point absolument en rapport avec l’affinité systématique, car on a pu greffer les uns sur les autres des arbres appartenant à des genres différents d’une même famille, tandis que l’opération n’a pu, dans certains cas, réussir entre espèces du même genre. Ainsi, le poirier se greffe beaucoup plus aisément sur le cognassier, qui est considéré comme un genre distinct, que sur le pommier, qui appartient au même genre. Diverses variétés du poirier se greffent même plus ou moins facilement sur le cognassier ; il en est de même pour différentes variétés d’abricotier et de pêcher sur certaines variétés de prunier.

De même que Gärtner a découvert des différences innées chez différents individus de deux mêmes espèces sous le rapport du croisement, de même Sageret croit que les différents individus de deux mêmes espèces ne se prêtent pas également bien à la greffe. De même que, dans les croisements réciproques, la facilité qu’on a à obtenir l’union est loin d’être égale chez les deux sexes, de même l’union par la greffe est souvent fort inégale ; ainsi, par