Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/394

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
376 Insuffisance des documents géologiques.  


Pour résumer les remarques qui précèdent sur les causes de l’imperfection des documents géologiques, supposons l’exemple suivant : l’archipel malais est à peu près égal en étendue à l’Europe, du cap Nord à la Méditerranée et de l’Angleterre à la Russie ; il représente par conséquent une superficie égale à celle dont les formations géologiques ont été jusqu’ici examinées avec soin, celles des États-Unis exceptées. J’admets complètement, avec M. Godwin-Austen, que l’archipel malais, dans ses conditions actuelles, avec ses grandes îles séparées par des mers larges et peu profondes, représente probablement l’ancien état de l’Europe, à l’époque où s’accumulaient la plupart de nos formations. L’archipel malais est une des régions du globe les plus riches en êtres organisés ; cependant, si on rassemblait toutes les espèces qui y ont vécu, elles ne représenteraient que bien imparfaitement l’histoire naturelle du monde.

Nous avons, en outre, tout lieu de croire que les productions terrestres de l’archipel ne seraient conservées que d’une manière très imparfaite, dans les formations que nous supposons y être en voie d’accumulation. Un petit nombre seulement des animaux habitant le littoral, ou ayant vécu sur les rochers sous-marins dénudés, doivent être enfouis ; encore ceux qui ne seraient ensevelis que dans le sable et le gravier ne se conserveraient pas très longtemps. D’ailleurs, partout où il ne se fait pas de dépôts au fond de la mer et où ils ne s’accumulent pas assez promptement pour recouvrir à temps et protéger contre la destruction les corps organiques, les restes de ceux-ci ne peuvent être conservés.

Les formations riches en fossiles divers et assez épaisses pour persister jusqu’à une période future aussi éloignée dans l’avenir que le sont les terrains secondaires dans le passé, ne doivent, en règle générale, se former dans l’archipel que pendant les mouvements d’affaissement du sol. Ces périodes d’affaissement sont nécessairement séparées les unes des autres par des intervalles considérables, pendant lesquels la région reste stationnaire ou se soulève. Pendant les périodes de soulèvement, les formations fossilifères des côtes les plus escarpées doivent être détruites presque aussitôt qu’accumulées par l’action incessante des vagues côtières, comme cela a lieu actuellement sur les rivages de l’Amérique méridionale. Même dans les mers éten-