Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/418

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
400 Succession géologique des êtres organisés.  

avec le mastodonte et le cheval aurait permis de penser qu’ils avaient vécu pendant une des dernières périodes tertiaires.

Lorsque nous disons que les faunes marines ont simultanément changé dans le monde entier, il ne faut pas supposer que l’expression s’applique à la même année ou au même siècle, ou même qu’elle ait un sens géologique bien rigoureux ; car, si tous les animaux marins vivant actuellement en Europe, ainsi que ceux qui y ont vécu pendant la période pléistocène, déjà si énormément reculée, si on compte son antiquité par le nombre des années, puisqu’elle comprend toute l’époque glaciaire, étaient comparés à ceux qui existent actuellement dans l’Amérique du Sud ou en Australie, le naturaliste le plus habile pourrait à peine décider lesquels, des habitants actuels ou de ceux de l’époque pléistocène en Europe, ressemblent le plus à ceux de l’hémisphère austral. Ainsi encore, plusieurs observateurs très compétents admettent que les productions actuelles des États-Unis se rapprochent plus de celles qui ont vécu en Europe pendant certaines périodes tertiaires récentes que des formes européennes actuelles, et, cela étant, il est évident que des couches fossilifères se déposant maintenant sur les côtes de l’Amérique du Nord risqueraient dans l’avenir d’être classées avec des dépôts européens quelque peu plus anciens. Néanmoins, dans un avenir très éloigné, il n’est pas douteux que toutes les formations marines plus modernes, à savoir le pliocène supérieur, le pléistocène et les dépôts tout à fait modernes de l’Europe, de l’Amérique du Nord, de l’Amérique du Sud et de l’Australie, pourront être avec raison considérées comme simultanées, dans le sens géologique du terme, parce qu’elles renfermeront des débris fossiles plus ou moins alliés, et parce qu’elles ne contiendront aucune des formes propres aux dépôts inférieurs plus anciens.

Ce fait d’un changement simultané des formes de la vie dans les diverses parties du monde, en laissant à cette loi le sens large et général que nous venons de lui donner, a beaucoup frappé deux observateurs éminents, MM. de Verneuil et d’Archiac. Après avoir rappelé le parallélisme qui se remarque entre les formes organiques de l’époque paléozoïque dans diverses parties de l’Europe, ils ajoutent : « Si, frappés de cette étrange succession, nous tournons les yeux vers l’Amérique du Nord et que