Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/437

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Résumé. 419

Ou bien, et c’est là probablement le cas le plus fréquent, deux ou trois espèces appartenant à deux ou trois des six genres anciens ont seules servi de souche aux nouveaux genres, les autres espèces et les autres genres entiers ayant totalement disparu. Chez les ordres en voie d’extinction, dont les genres et les espèces décroissent peu à peu en nombre, comme celui des édentés dans l’Amérique du Sud, un plus petit nombre encore de genres et d’espèces doivent laisser des descendants modifiés.

RÉSUMÉ DE CE CHAPITRE ET DU CHAPITRE PRÉCÉDENT.

J’ai essayé de démontrer que nos archives géologiques sont extrêmement incomplètes ; qu’une très petite partie du globe seulement a été géologiquement explorée avec soin ; que certaines classes d’êtres organisés ont seules été conservées en abondance à l’état fossile ; que le nombre des espèces et des individus qui en font partie conservés dans nos musées n’est absolument rien en comparaison du nombre des générations qui ont dû exister pendant la durée d’une seule formation ; que l’accumulation de dépôts riches en espèces fossiles diverses, et assez épais pour résister aux dégradations ultérieures, n’étant guère possible que pendant des périodes d’affaissement du sol, d’énormes espaces de temps ont dû s’écouler dans l’intervalle de plusieurs périodes successives ; qu’il y a probablement eu plus d’extinctions pendant les périodes d’affaissement et plus de variations pendant celles de soulèvement, en faisant remarquer que ces dernières périodes étant moins favorables à la conservation des fossiles, le nombre des formes conservées a dû être moins considérable ; que chaque formation n’a pas été déposée d’une manière continue ; que la durée de chacune d’elles a été probablement plus courte que la durée moyenne des formes spécifiques ; que les migrations ont joué un rôle important dans la première apparition de formes nouvelles dans chaque zone et dans chaque formation ; que les espèces répandues sont celles qui ont dû varier le plus fréquemment, et, par conséquent, celles qui ont dû donner naissance au plus grand nombre d’espèces nouvelles ; que les variétés ont été d’abord locales ; et enfin que, bien que chaque espèce ait dû parcourir de