Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/443

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Considérations générales. 425

ne présente que de légères différences dans ses conditions particulières. Malgré ce parallélisme général entre les conditions physiques respectives de l’ancien et du nouveau monde, quelle immense différence n’y a-t-il pas dans leurs productions vivantes !

Si nous comparons, dans l’hémisphère austral, de grandes étendues de pays en Australie, dans l’Afrique australe et dans l’ouest de l’Amérique du Sud, entre les 25e et 35e degrés de latitude, nous y trouvons des points très semblables par toutes leurs conditions ; il ne serait cependant pas possible de trouver trois faunes et trois flores plus dissemblables. Si, d’autre part, nous comparons les productions de l’Amérique méridionale, au sud du 35e degré de latitude, avec celles au nord du 25e degré, productions qui se trouvent par conséquent séparées par un espace de dix degrés de latitude, et soumises à des conditions bien différentes, elles sont incomparablement plus voisines les unes des autres qu’elles ne le sont des productions australiennes ou africaines vivant sous un climat presque identique. On pourrait signaler des faits analogues chez les habitants de la mer.

Un second fait important qui nous frappe, dans ce coup d’œil général, c’est que toutes les barrières ou tous les obstacles qui s’opposent à une libre migration sont étroitement en rapport avec les différences qui existent entre les productions de diverses régions. C’est ce que nous démontre la grande différence qu’on remarque dans presque toutes les productions terrestres de l’ancien et du nouveau monde, les parties septentrionales exceptées, où les deux continents se joignent presque, et où, sous un climat peu différent, il peut y avoir eu migration des formes habitant les parties tempérées du nord, comme cela s’observe actuellement pour les productions strictement arctiques. Le même fait est appréciable dans la différence que présentent, sous une même latitude, les habitants de l’Australie, de l’Afrique et de l’Amérique du Sud, pays aussi isolés les uns des autres que possible. Il en est de même sur tous les continents ; car nous trouvons souvent des productions différentes sur les côtés opposés de grandes chaînes de montagnes élevées et continues, de vastes déserts et souvent même de grandes rivières. Cependant, comme les chaînes de montagnes, les déserts, etc., ne sont pas aussi