Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/527

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Nature des affinités. 509

Phascolomys qui ressemble le plus, non à une espèce particulière de rongeurs, mais en général à tous les membres de cet ordre. On peut toutefois, dans ce cas, soupçonner que la ressemblance est purement analogue, le phascolomys ayant pu s’adapter à des habitudes semblables à celles des rongeurs. A.-P. de Candolle a fait des observations à peu près analogues sur la nature générale des affinités de familles distinctes de plantes.

En partant du principe que les espèces descendues d’un commun parent se multiplient en divergeant graduellement en caractères, tout en conservant par héritage quelques caractères communs, on peut expliquer les affinités complexes et divergentes qui rattachent les uns aux autres tous les membres d’une même famille ou même d’un groupe plus élevé. En effet, l’ancêtre commun de toute une famille, actuellement fractionnée par l’extinction en groupes et en sous-groupes distincts, a dû transmettre à toutes les espèces quelques-uns de ses caractères modifiés de diverses manières et à divers degrés ; ces diverses espèces doivent, par conséquent, être alliées les unes aux autres par des lignes d’affinités tortueuses et de longueurs inégales, remontant dans le passé par un grand nombre d’ancêtres, comme on peut le voir dans la figure à laquelle j’ai déjà si souvent renvoyé le lecteur. De même qu’il est fort difficile de saisir les rapports de parenté entre les nombreux descendants d’une noble et ancienne famille, ce qui est même presque impossible sans le secours d’un arbre généalogique, on peut comprendre combien a dû être grande, pour le naturaliste, la difficulté de décrire, sans l’aide d’une figure, les diverses affinités qu’il remarque entre les nombreux membres vivants et éteints d’une même grande classe naturelle.

L’extinction, ainsi que nous l’avons vu au quatrième chapitre, a joué un rôle important en déterminant et en augmentant toujours les intervalles existant entre les divers groupes de chaque classe. Nous pouvons ainsi nous expliquer pourquoi les diverses classes sont si distinctes les unes des autres, la classe des oiseaux, par exemple, comparée aux autres vertébrés. Il suffit d’admettre qu’un grand nombre de formes anciennes, qui reliaient autrefois les ancêtres reculés des oiseaux à ceux des autres classes de vertébrés, alors moins différenciées, se sont