Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/571

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
  Récapitulation. 553

tres, comme des espèces étroitement alliées, mais distinctes !

Or donc, si les plantes et les animaux varient, si lentement et si peu que ce soit, pourquoi mettrions-nous en doute que les variations ou les différences individuelles qui sont en quelque façon profitables, ne puissent être conservées et accumulées par la sélection naturelle, ou la persistance du plus apte ? Si l’homme peut, avec de la patience, trier les variations qui lui sont utiles, pourquoi, dans les conditions complexes et changeantes de l’existence, ne surgirait-il pas des variations avantageuses pour les productions vivantes de la nature, susceptibles d’être conservées par sélection ? Quelle limite pourrait-on fixer à cette cause agissant continuellement pendant des siècles, et scrutant rigoureusement et sans relâche la constitution, la conformation et les habitudes de chaque être vivant, pour favoriser ce qui est bon et rejeter ce qui est mauvais ? Je crois que la puissance de la sélection est illimitée quand il s’agit d’adapter lentement et admirablement chaque forme aux relations les plus complexes de l’existence. Sans aller plus loin, la théorie de la sélection naturelle me paraît probable au suprême degré. J’ai déjà récapitulé de mon mieux les difficultés et les objections qui lui ont été opposées ; passons maintenant aux faits spéciaux et aux arguments qui militent en sa faveur.

Dans l’hypothèse que les espèces ne sont que des variétés bien accusées et permanentes, et que chacune d’elles a d’abord existé sous forme de variété, il est facile de comprendre pourquoi on ne peut tirer aucune ligne de démarcation entre l’espèce qu’on attribue ordinairement à des actes spéciaux de création, et la variété qu’on reconnaît avoir été produite en vertu de lois secondaires. Il est facile de comprendre encore pourquoi, dans une région où un grand nombre d’espèces d’un genre existent et sont actuellement prospères, ces mêmes espèces présentent de nombreuses variétés ; en effet, c’est là où la formation des espèces a été abondante, que nous devons, en règle générale, nous attendre à la voir encore en activité ; or, tel doit être le cas si les variétés sont des espèces naissantes. De plus, les espèces des grands genres, qui fournissent le plus grand nombre de ces espèces naissantes ou de ces variétés, conservent dans une certaine me-