Page:Darwin - L’Origine des espèces (1906).djvu/580

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
562 Récapitulation et conclusions.  

aux groupes d’animaux qui ne peuvent pas traverser de larges bras de mer, tels que les grenouilles et les mammifères terrestres ; pourquoi, d’autre part, on rencontre dans des îles très éloignées de tout continent des espèces particulières et nouvelles de chauves-souris, animaux qui peuvent traverser l’océan. Des faits tels que ceux de l’existence de chauves-souris toutes spéciales dans les îles océaniques, à l’exclusion de tous autres animaux terrestres, sont absolument inexplicables d’après la théorie des créations indépendantes.

L’existence d’espèces alliées ou représentatives dans deux régions quelconques implique, d’après la théorie de la descendance avec modifications, que les mêmes formes parentes ont autrefois habité les deux régions ; nous trouvons presque invariablement en effet que, lorsque deux régions séparées sont habitées par beaucoup d’espèces étroitement alliées, quelques espèces identiques sont encore communes aux deux. Partout où l’on rencontre beaucoup d’espèces étroitement alliées, mais distinctes, on trouve aussi des formes douteuses et des variétés appartenant aux mêmes groupes. En règle générale, les habitants de chaque région ont des liens étroits de parenté avec ceux occupant la région qui paraît avoir été la source la plus rapprochée d’où les colons ont pu partir. Nous en trouvons la preuve dans les rapports frappants qu’on remarque entre presque tous les animaux et presque toutes les plantes de l’archipel des Galapagos, de Juan-Fernandez et des autres îles américaines et les formes peuplant le continent américain voisin. Les mêmes relations existent entre les habitants de l’archipel du Cap-Vert et des îles voisines et ceux du continent africain ; or, il faut reconnaître que, d’après la théorie de la création, ces rapports demeurent inexplicables.

Nous avons vu que la théorie de la sélection naturelle avec modification, entraînant les extinctions et la divergence des caractères, explique pourquoi tous les êtres organisés passés et présents peuvent se ranger, dans un petit nombre de grandes classes, en groupes subordonnés à d’autres groupes, dans lesquels les groupes éteints s’intercalent souvent entre les groupes récents. Ces mêmes principes nous montrent aussi pourquoi les affinités mutuelles des formes sont, dans chaque classe, si complexes et si indirectes ; pourquoi certains caractères sont plus