Page:Darwin - Rôle des vers de terre dans la formation de la terre végétale.djvu/259

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en fragments de toute grandeur, plus ou moins arrondis, depuis 3/4 de pouces de diamètre jusqu’à de petits grains et de simple poussière. M. le Dr King a suivi les progrès de l’émiettement en desséchant des déjections parfaitement conservées qu’il m’a envoyées ensuite. M. Scott a fait aussi des observations sur l’émiettement des déjections près de Calcutta et dans les montagnes du Sikkim pendant la saison chaude et sèche.

Quand les déjections près de Nice avaient été déposées sur une surface inclinée, les fragments désagrégés roulaient en bas sans perdre leur forme distinctive, et en certains endroits on pouvait les recueillir « par paniers ». M. le Dr King a observé un exemple frappant de ce fait sur la route de la Corniche, où une tranchée d’environ 2 1/2 pieds de largeur et de 9 pouces de profondeur avait été ouverte pour recueillir les eaux de drainage de la surface de la pente adjacente. Le fond de ce fossé était couvert, sur une distance de plusieurs centaines de toises, d’une assise de déjections en fragments ayant encore leur forme caractéristique, assise épaisse de 1 1/2 à 3 pouces. Ces fragments innombrables avaient presque tous roulé d’en haut, car extrêmement peu de déjections avaient été déposées dans le fossé même. Le flanc de la colline était escarpé, mais son inclinaison variait beaucoup ; M. le Dr King estime qu’il formait un angle de 30° à 60° avec l’horizon. Il grimpa en haut de la pente et, « çà et là, il trouva de petites digues formées par des fragments des déjections arrêtées dans leur descente