Page:Daudet - À propos d'un nouveau livre de Marcel Proust, paru dans L'Action française, 08-10-1920.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


bon antiseptique ironique – le plus grand phénol connu, disait mon père – puis passe à un autre, ou à une autre, sans se retourner. Là encore, admirons sa maîtrise !

Le dessin de son style est fort, pertinent et insidieux. Souvent il s’attaque à l’exprimable, et le résout en le décomposant par plans, selon une méthode syntaxique qui lui est propre. Il ne craint pas de multiplier les incidentes, sans que le fil de la proposition principale casse, ni ne s’embrouille irrémédiablement. Quelquefois, au début d’une de ces périodes qui tiennent une page, on pousse une interjection effrayée : « Oh ! la la, où va-t-il ? » Mais non… Après des tours, détours et ratours, notre Marcel, gaillardement, rattrape sa remarque initiale et centrale, à laquelle pendent des grapillons pleins d’un jus exquis.

Comme nous le disions, Élémir Bourges et moi, à nos collègues de l’Académie Goncourt ; que toutes les amis des livres soient bien persuadés qu’un astre nouveau s’est levé au firmament des lettres françaises. Il parcourt l’espace, le messager invisible, qui sème les discussions passionnées, pour savoir si c’est un ballon lumineux, un bolide, un faux semblant, ou une étoile vraie. Vous savez maintenant quel est mon avis.

LÉON DAUDET.
Député de Paris.