Page:Daudet - Au bord des terrasses, 1906.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
62
AU BORD DES TERRASSES


Ainsi, par le secours mystérieux des choses,
Nous pouvons épancher nos douloureux secrets.
Tout alterne et s’échange en ces métempsycoses :
Si les amours défunts gisent au cœur des roses,
L’oiseau garde en sa voix l’accent de nos regrets !

Et l’onde prisonnière en larmes s’amoncelle,
Rythme le crépuscule, aux massifs, déjà noir.
N’est-elle pas aussi complice qui décèle
Auprès du pâle amour dont le marbre ruisselle,
L’abandon, la langueur confidente du soir ?


Paris, 1905.