Page:Daudet - Au bord des terrasses, 1906.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LES CHARMILLES DE CHARME




Les charmilles de charme, au début de l’automne,
Semblent un treillis clair semé de pièces d’or,
Un bois mystérieux dont le regard s’étonne,
Comme un rêve, flottant, léger comme un décor.

On marche sur un sol ouaté de feuilles mortes.
Nul bruit, nul froissement des rameaux enlacés
S’arrondissant là-bas, formant comme des portes
Sur un ciel aux effets tendrement nuancés.