Page:Daudet - Le Petit Chose, 1868.djvu/375

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


fini. Il sort de sa cachette, arrive doucement derrière Camille et le petit Chose ; puis, tout à coup, il leur étale sa grande pancarte sous les yeux en disant : « Tenez ! les amoureux, que pensez-vous de ceci ? »

Deux exclamations lui répondent :

— Oh ! papa !…

— Oh ! Monsieur Pierrette !

— Qu’est-ce qu’il y a ?… Qu’est-ce que c’est !… demande la pauvre aveugle, réveillée en sursaut.

Et Pierrette joyeusement :

— Ce que c’est, madame Eyssette ?… C’est… c’est bien le cas de le dire… C’est un projet de la nouvelle enseigne que nous mettrons sur la boutique dans quelques mois… Allons ! Monsieur Daniel, lisez-nous ça tout haut, pour qu’on juge un peu de l’effet.

Dans le fond de son cœur, le petit Chose donne une dernière larme à ses papillons bleus ; et prenant la pancarte à deux mains, ─ Voyons ! ─ sois homme, petit Chose ! — il lit tout haut, d’une voix ferme, cette enseigne de boutique, où son avenir est écrit en lettres grosses d’un pied :


PORCELAINE ET CRISTAUX
Ancienne maison Lalouette
EYSSETTE ET PIERROTTE
SUCCESSEURS