Page:Daudet - Les Amoureuses, Charpentier, 1908.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


au Chaperon-Rouge. (S’ adressant au fou.) Et toi ! veux-tu venir m’embrasser un brin, un dernier brin ?


Le fou

, gambadant sans l’entendre.

Alors le colibri dit à la princesse : Le moment est venu do nous séparer… Tra la la la, deri deri, la la.


Le Chaperon-Rouge

Il n’a pas beaucoup de mémoire, mon amoureux… (Huit heures sonnent.) Allons, voici le moment ; tous les romans ont une fin, le mien comme les autres ; il est plus court, et voilà tout. Bonsoir, la compagnie. (Elle entre dans la maison.)


Tous

Adieu, Chaperon. (On entend un grand bruit à l’intérieur.)