Page:Daudet - Port-Tarascon, 1890.djvu/86

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


– Té ! Monsieur Franquebalme ! »


page=1

Et des cris, des bravos enthousiastes ! On fit entre autres une ovation à l’antique douairière comtesse d’Aigueboulide, quasi