Page:Daveluy - L'esclave des Agniers, 1933.djvu/190

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


chapelle du côté où bondissaient en hurlant, les Iroquois. Avant que la porte se refermât, Charlot eut le temps de constater que ceux-ci s’arrêtaient, reculaient même, interdits, médusés devant le courage extraordinaire du Père. Mais ce fut court. Et la porte était à peine refermée que l’on entendit les flèches siffler de partout, criblant le corps du missionnaire, qui ne tomba pourtant que sous le coup mortel d’une arquebuse « le perçant de part en part tout au milieu de la poitrine ». Le Père eut encore la force vaillante de prononcer le nom de Jésus en expirant…

Ce fut aussi hélas ! presque à ce moment que Charlot eut à la fois le bonheur et la douleur d’apercevoir, priant à deux pas de lui, Fleur-de-Lis, la petite Algonquine, toujours si chère à son cœur.

Il bondit à ses côtés. Il la saisit dans ses bras ; revêtu d’une force nerveuse incroyable, il s’enfuit en courant, tenant le cher fardeau tout contre son cœur.

Courut-il quelques secondes, ou durant de longues heures ? Jamais Charlot ne put vraiment le savoir. Il atteignit sans trop d’encombre un bois assez rapproché de la Mission.

Doucement, il déposa la jeune fille au pied d’un arbre. Elle était évanouie. Son saisisse-