Page:Daveluy - Le mariage de Josephte Précourt, paru dans Oiseau Bleu, 1939-1940.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


les projets les plus sages, les mieux concertés, changeaient soudain le cours des choses… Oui, advenant quelque changement dans la destinée de Josephte, je me tournerai avec assurance de ton côté, je saurai comment manœuvrer… Tu ne saurais croire, mon petit Michel, comme tu viens de me faire voir clair dans ta mauvaise tête et dans ton cœur… très entêté, lui aussi, finit Mathilde en se levant et en tendant la main au jeune homme. À son tour, des larmes voilaient son regard. Mais elle souriait aussi.

Elle sortit vivement. Michel, à la fenêtre la suivit des yeux, moins pour s’assurer de la sécurité de la rue, que pour s’emplir les yeux, et le cœur, de la vision d’une jeune femme dont la compassion intelligente venait de le sauver d’un désespoir non sans péril pour son avenir.


XVI. — L’INCENDIE DU PARLEMENT À MONTRÉAL LE 25 AVRIL 1849


Quelle effervescence dans les rues de Montréal dès le début de l’après-midi du 25 avril 1849. Une sorte d’allure fébrile gagnait tout ce monde qui passait par groupes de plus en plus compacts. L’on se massa bientôt aux abords du parlement. Par instants, les voix s’y élevaient très hautes. La discussion devenait d’une violence extrême. Chaque député était