Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/167

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu

V

COLONISATION


I



D’IBERVILLE n’ira plus en Louisiane. Malade, cet homme d’une activité débordante doit rester dans les bureaux de Rochefort, courir à Versailles quand le ministre l’y appelle, ou faire de longs séjours aux eaux de Bourbon. Et il y aurait tant à accomplir encore !

Mais, s’il ne peut plus commander ses navires, il dirige sa colonie de loin, assuré que son frère exécutera ses ordres de façon parfaite. Il multiplie lettres et mémoires pour en assurer le succès ; il voit au moindre détail, même à l’arrimage des bateaux de ravitaillement destinés à la Louisiane.

Le roi le fait capitaine de vaisseau, commandant en chef de la Louisiane. D’Iberville demande l’érection en comté d’une concession de terre sur la