Page:Daviault - La Grande aventure de Le Moyne d'Iberville, 1934.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
76
LA GRANDE AVENTURE DE LE MOYNE

Le débarquement s’opère en bon ordre. Le 13, les bombes « chagrinent continuellement » les assiégés. Feu nourri, escarmouches partout. Le lendemain, les Anglais envoient une capitulation en latin. La garnison se rend à merci, sans même demander ses armes, note le père Marest avec mépris.

Cependant, elle comprenait plus de 50 hommes « tous assez ; grands et bien faits, mais celui qui les commandait était plus habile dans le commerce que dans la profession des armes ». Les 115 Canadiens, assurés de la moitié du butin, faisaient une bonne affaire. Et, pour hiverner, ils avaient un excellent fort qu’ils appelèrent Bourbon.

L’hiver se referme sur les vainqueurs. Mais les frères Le Moyne ne peuvent se résoudre à faire la traite. Laissant le fort à la garde de La Forest, ils parcourent la baie et enlèvent aux Anglais tous leurs postes, à l’exception d’Albany. Le scorbut sévit au fort Bourbon, où La Forest traite ses prisonniers avec dureté. Plusieurs s’échappent, pour se joindre à des groupes d’indiens.

Au printemps, d’Iberville croise dans le détroit pour attendre la flotte anglaise. L’automne vient. Les glaces l’immobiliseront bientôt pour l’hiver. Mais le roi a besoin de ses bateaux ailleurs. Assuré que les Anglais ne viendront pas, Le Moyne part pour Québec. Des vents contraires s’étant élevés