Page:David - Les Patriotes de 1837-1838, 1884.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
169
les patriotes

« On nous assure que le Doric Club avait été averti de se tenir sur pied, dans l’après-midi qui précéda cette émeute nocturne. »

Le capitaine Jalbert, remis en liberté, retourna à Saint-Denis où il vécut tranquillement, et mourut en 1854. Deux de ses enfants vivent encore : Mme Vincent, de Saint-Denis, et M. Victor Jalbert, de Berthier.