Page:De Bachaumont - Mémoires secrets Tome 2 - 1766-1769 - Ravenel - Ed. Brissot-Thivars - 1830.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
25
AVRIL 1766

somme de treize cents livres tournois, destinée à former quatre prix, consistant chacun en une médaille de trois cent vingt-cinq livres, et qui seront adjuges à quatre discours sur l’esprit de modération et de paix dans les particuliers, dans les souverains, dans les nations ; ces deux vertus étant prises dans toutes leurs acceptions et leurs applications aux objets physiques et intellectuels. Il désirerait aussi que la Société royale de Londres, l’Académie Française, l’Académie royale des Sciences de Berlin et la Société typographique de Berne proposassent chacune un de ces discours dans la langue qu’elles jugeraient à propos ; les prix seraient ensuite adjugés aux quatre morceaux que chacune de ces compagnies savantes en auraient jugés les plus dignes.

L’Académie Française ayant consenti à être juge des discours qui lui seront envoyés sur le plan proposé, elle adjugera les prix le 2 janvier 1767.

15. — L’Opéra a donné aujourd’hui la première représentation d’Aline, reine de Golconde, avec l’affluence qu’exigeait une pareille nouveauté. Le drame est tiré en partie d’un joli conte du chevalier de Boufflers, qui parut en 1761. L’auteur ne le dissimule pas ; mais on lui reproche d’avoir pris le surplus ailleurs et de n’en rien dire. Au reste, il n’a pas su tirer le parti qu’il aurait dû de ses situations. Rien de si heureux que celle où Saint-Phar se trouve dans le même bocage, avec la même nymphe dont il a eu les premières faveurs. On reproche à M. Sedaine d’avoir fait des paroles très-peu lyriques, souvent plates et malsonnantes, des ariettes qui ne disent mot. Quant au musicien, M. de Monsigny, on ne peut encore rien prononcer : cet opéra est d’un genre si nouveau, qu’il doit nécessairement essuyer des contra-