Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Chaque fois que la courroie,
      Qui poudroie,
Passe à fleur d’eau dans son vol,
On voit de l’eau qui l’évite
      Sortir vite
Son pied bot et son faux col.

Reste ici caché, demeure !
      Dans une heure,
Comme le chasseur cornu
En écartant la liane
      Vit Diane,
Tu verras V... tout nu !

On voit tout ce que calfate
      La cravate,
Et son regard libertin
Appelle comme remède
      A son aide
Héloïse Florentin !