Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



 
   Rose pleurait : Un bon jeune homme
   La consola, veillant au grain.
   « ― Ah ! de quelque nom qu’on vous nomme,
   Dit-elle, vous allez voir comme
   J’ai raison d’avoir du chagrin !

   Pour Meaux, ayant plié ma tente,
   En avril dernier je partis.
   J’allais hériter de ma tante,
   Dont la dépouille aujourd’hui tente
   Une foule de bons partis.