Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



 
Mon ami, n’allez pas surtout vous soucier
      De la lettre qu’on vous apporte ;
Ce n’est qu’une facture, et c’est un créancier
      Qui vient de sonner à la porte.

Parcourant sans repos, dernier des voyageurs,
      Les Hélicons et les Permesses,
Pour payer mes wagons, j’ai dû chez les changeurs
      Escompter l’or de vos promesses