Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Durent un demi-siècle à peine ; puisque j’ai
Pour maîtres de bon sens Phyllis et Lalagé ;
Puisque j’aime bien mieux faire voler des bulles
De savon, que d’écrire une œuvre aux Funambules,
Et puisque, même en grec, sans le père Brumoy,
Les Grecs valaient monsieur Chose, permettez-moi,
Au lieu de voir courir tous ces porteurs de chaînes,
De me coucher pensif sous l’ombrage des chênes !
   Permettez-moi d’y vivre inutile, étendu
Sur l’herbe, m’enivrant d’un frisson entendu
Et d’admirer aussi la rose coccinelle,
Et d’aider seulement de ma voix fraternelle,
Cependant que rugit cette meute aux abois,
Le champignon sauvage à pousser dans les bois !


Janvier 1857.