Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/317

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Évohé, némésis intérimaire.


A propos des six satires réunies sous ce titre, les deux premières éditions des Odes funambulesques contenaient la note que voici :

Rien de plus difficile que de faire comprendre après dix ans une plaisanterie parisienne. Autant vouloir transvaser cette essence de roses que Smyrne enfermait dans des flacons bariolés d’or. Ici ce sont les vivants qui vont le plus vite ! On ne l’a point oublié, en 1846, l’illustre collaborateur de notre Méry donnait au public une nouvelle Némésis, accueillie par Le Siècle, qui publiait régulièrement chaque dimanche une de ces belles satires. Après avoir accompli pendant longtemps son travail