Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/318

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


surhumain, M. Barthélemy, fatigué et souffrant, obtint un congé de quelques semaines. C’est alors qu’un petit journal de ce temps-là, La Silhouette (il est allé où va la feuille de laurier,) inventa cette ironique et frivole Évohé, pour remplir, prétendait-il, l’intérim de Némésis. Mais tout cela semble aujourd’hui s’être passé avant la guerre de Troie. O neiges d’antan !

J’écrivais cette note en 1857 ; que dirai-je aujourd’hui, en 1873 ? Cependant, je vais essayer d’expliquer de mon mieux mes petites satires, car on ne manquerait jamais de bonnes raisons pour ne pas remplir la tâche qu’on s’est donnée. Elles ont ce caractère très essentiel que, tout le long de ces poëmes, l’élan et l’enthousiasme lyrique sont rendus à la Satire. On l’avait fait marcher à pieds, et de nouveau je l’ai assise sur le divin cheval ailé, et j’ai éparpillé au vent sa chevelure. Tout ce qui est poésie est chant, tel est l’axiome que j’ai voulu faire triompher, là comme dans tout ce que j’ai écrit. Et dire qu’il y a eu un long moment où proférer une telle naïveté a pu passer pour un coup d’audace !