Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Jésus-Christ, Timoléon était le général que Corinthe employait à toute chose difficile, à délivrer les Syracusains, à battre les Carthaginois, et même à tuer son frère Timophane. Le Timoléon des Saint-Almes et des Virmaîtres veut dire : le premier sujet, le grand ténor, le général à tout faire de M. Saint-Alme et de M. Virmaître. Certes le trope est violent ; mais on n’est pas trop sévère pour les poëmes à refrains, comme celui dans lequel Hugo a écrit, sans consulter Buffon :



            On voit des biches qui remplacent
            Leurs beaux cerfs par des sangliers.
            ― Enfants, voici des bœufs qui passent,
            Cachez vos rouges tabliers.


L’Odéon, page 134. ― Parodie du poëme de Victor Hugo intitulé L’Enfant (Orientales, xviii.) Il serait horrible de railler une infirmité réelle, un nez camard par exemple ; mais le grand nez est héroïque, impérieux, et affirme toutes les bravoures. Cyrano de Bergerac était fier de son grand nez, et tuait même à coups d’épée, avec une