Page:De Banville - Odes Funambulesques.djvu/360

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


certaine justice, les gens qui avaient l’impertinence de se montrer avec un nez trop petit. ― Certes, il n’a jamais été bien original et bien nouveau de rire de l’Odéon désert et du nez de M. Hippolyte Lucas ; mais le poëte doit accepter, coûte que coûte, tous les sujets traditionnels, et il faut qu’il n’hésite pas à affronter les plus redoutables de tous les monstres, c’est-à-dire la Banalité et la Platitude. Il doit ressembler au « matin, ce doreur », qui dore tout ce qu’il trouve sur son chemin, y compris les écorces de melon et les vieilles savates.


Page 135, vers 27 et suivants :



            Ou ce chapeau de roi de Garbe,
       Le chapeau de Thoré, cet homme si barbu
       Qu’un barbier ne pourrait, sans devenir fourbu,
            En quatre ans lui faire la barbe !


Boccace dit, en sa Deuxième Journée, Septième Nouvelle, où il raconte l’histoire d’Alaciel : « Le roy de Garbe feit grand’feste de ces nouvelles, et l’ayant honorablement envoyée quérir, la receut